Pension Lutwidge

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kolia, ou comment ne pas pouvoir raconter sans rire un traumatisme d'enfance.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kolia

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Kolia, ou comment ne pas pouvoir raconter sans rire un traumatisme d'enfance.   Dim 30 Mai - 0:40

PERSONNAGE.
  • NOM / Ivanovitch Gabrilov
  • PRÉNOM / Kolia
  • AGE RÉEL / 35 ans. (même sil en fait très clairement dix de moins)
  • AGE CONSTANT (si vous faites un personnage vivant déjà à la pension depuis quelques temps, dites son âge lorsqu'il est arrivé): 34 ans!
  • PARTICULARITÉ / officiellement, il peut faire léviter les salades. Officiellement.
  • HISTOIRE (MINIMUM 15 lignes pleines) /
    Kolia Ivanovitch Gabrilov premier du nom (donc, ça ne sert à rien de le préciser) a toujours aimé boire de la vodka avec le petit doigt.
    Cette fascinante passion lui vint lorsqu'à ses 18 mois, son grand-père lui fit gouter ce délicieux elixir du bout de son vieux petit doigt fripé.
    Depuis, donc, le jeune Kolia trempait discrètement son doigt dans le verre d'une des grandes personnes lors des apéritifs en famille et le sucait rapidement avant de revenir à son fade jus d'orange. Mais quand un jour il eut le droit de boire sans modération ce cher alcool russe, il tomba malade une journée entière et rejeta alors tous alcools terrestres avec la dignité de l'homme sobre. Pourtant, il appréciait toujours autant son échatillion de vodka sur le bout du doigt. Ce qui fut un total mystère pour sa famille russe.
    Enfin bref. Je ne pense pas que ce soit un détail vital à la vie tourmentée de notre Kolia. Alors passons aux choses sérieuses...
    Kolia Ivanovitch Gabrilov (toujours aussi premier du nom) a donc vécu en russie. Avec toute sa joyeuse famille, dans un grand appart' à Moscou, jusqu'à ses 14 ans environs, sauf qu'un jour, malheureusement, il y eu une enguelade. Le style d'enguelade ou a la fin on ne sait même plus ce qui l'a déclanché, et même les gens pas concernés participent. Et puis ça a fait pouf. Sa mère l'a prit fierement par la main, l'obligea à rassembler ses affaires et elle partit en clamant tout haut tout fort un "Viens Kolia! Eloignons nous de cette maison de fous!" que le jeune russe trouva par la suite fort ironique.
    Sa chère maman reprit alors possession de son studio de ses années d'étudiante qu'elle louait jusqu'à maintenant et vécut quelques années de tranquilité avec son fils. Avant qu'il y est un léger accident.
    " Kolia, mon chou.
    - Oui, m'man?
    - J'ai faim.
    - Oh. Tu veux que je te prépare quelque chose?...
    - Non ça ira largement avec ça. "
    Et la russe passa ses doigts derrière les globes oculaires de son fils et tira.
    Il y eut bien évidement un cris digne d'un film d'horreur, Kolia roulant au sol en se tordant de douleur, et sa maman croqua avidement dans son oeil gauche avant que débarque un voisin alerté.

    Allez savoir comment, Kolia survécut.
    Sa petite maman d'amour fut emmenée d'urgence dans une prison psychiatrique et les gentils voisins tout émus et horrifiés de cette tragédie totalement terrifiante mais bien stupide proposérent d'héberger le pauvre Kolia, qui refusa poliment et alla plutôt rejoindre de son père pour vivre avec lui quelques années, avant de partir avec une jeune russe de son âge en France ou il continua ses études.
    Après deux ans de vie commune, ils se séparèrent et Kolia décida de gagner son pain en faisant étudier le russe à un lycée privé aux alentours de Rouen, malgré son handicap, puis quelques années plus tard reçut une 'promotion' dans une pension spécialisée pour les enfants porteurs de dons au Nord de la France - car ils avaient besoin en urgence de personnel, don ou non- et y postula contre un gros cheque mensuel en tant que professeur de russe, encore une fois.
  • DESCRIPTION PHYSIQUE (MINIMUM 7 lignes pleines) /
    Kolia est beau et avouez que le contraire vous aurez étonnés . Ce serait une bien drôle d'idée de ne pas faire d'un personnage de RPG une statue grecque, non?
    Bref.
    Bien qu'il fait quelques années de moins que son âge réel, Kolia reste un homme mûr, avec une voix mûre, et un corps d'homme mûr (et non pas la silhouette d'éphèbe d'Israel, hein /SBARF/), avec une trace de barbe périodiquement rasée, et une belle coupe à la fashion qui le rajeunit pas mal, bien que la moitié de son visage soit barré par des bandages évitant une belle vue sur ses paupières vides et abimées. Il est assez grand, peu fort en chair et son expression favorite est celle sévère de l'inspecteur de police en interrogatoire.
    Un type sérieux, plutôt bizarre et aux allures de vieux emo (merci cheveux noirs et merci môman!), et qui s'ballade en faisant trainer sur le sol la fameuse canne blanche, en résumé.

  • DESCRIPTION MORALE (MINIMUM 7 lignes pleines) / Avec un moral d'acier et un caractère gronchon d'homme d'affaire pressé, Kolia aurait du faire dans le service de l'ordre -mais enfin, prof tyrannique de russe, ce n'est pas mal non plus.
    Surtout qu'il ne fait confiance qu'à lui.
    Depuis qu'il est tout jeune, il n'a jamais offert à quelqu'un la possibilité de le détruire en lui confiant sa vie, sa carrière, sa dignité, et autre chose du même style et cette facette de caractère s'accentua à l'apparition de son don: il ne faisait confiance qu'en lui et en sa canne.
    Il semble rude mais apprécie silencieusement la compagnie des autres, même différents de son idéal d'ordre et de perfection et aime d'ailleurs leur compagnie plutôt qu'à celle des gens ennuyeux de son style.
    Affaiblis en physique, la parole n'est que sa seule arme et il ne sait pas l'utiliser comme il le souhaiterait réellement, alors son ton dur reste son unique moyen d'intimidation.
    Ses sourires ne sont pas rares mais précieux, et si jamais il vous arrive de percevoir un rire de sa part, sachez donc que ce chat là est en confiance et que vous vous êtes surement fais un nouvel ami
  • MUSIQUE /
https://www.youtube.com/watch?v=XTxXbqweEdM

JOUEUR.
  • SURNOM / Cams, Ju', Trukchose...
  • AGE / 14 ans!
  • OU AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? Bah. C'est l'mien. . _ .
  • VOULEZ-VOUS UN RANG SOUS VOTRE PSEUDO? ( si oui lequel? ) J'y réfléchirais!
  • AIMEZ-VOUS LES POMMES DE TERRES ? Owkay by Juliette, huhu
  • LE MOT DE LA FIN /
"I got a hopscotch, tear drop, ready to drop ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ill'
Mademoiselle Meringue
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 23/01/2010
Localisation : Sous ton lit.
Particularité : Illusionniste
Humeur : Confuse.

MessageSujet: Re: Kolia, ou comment ne pas pouvoir raconter sans rire un traumatisme d'enfance.   Dim 30 Mai - 1:05

Et à la surprise générale, je vous annonce que le petit Kolia Ivanovitch Gabrilov est VALIDE!
Je dors sur mon clavier et l'ordi bugge comme un moucheron, je vais pas faire plus long, j'te rajoute la chambre et tout le shmiliblick ( sauf si tu l'as déjà fait, j'ai la flemme de vérifier là tout de suite. )
Bref BIENVENUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kolia, ou comment ne pas pouvoir raconter sans rire un traumatisme d'enfance.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “Une journée sans rire, est une journée perdue !” - Maddie
» Bonjour, je voudrais pouvoir tuer sans faire de bruit...
» Comment trouver des shineys ?
» Comment battre Méga-Ectoplasma (sans s'arracher la peau des fesses)
» L'arnaque du déblocage de la participation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pension Lutwidge :: Hors-RPG :: Registre-
Sauter vers: